Vous lisez actuellement
Offre d’achat plus basse que le prix : comment tenter ?

Offre d’achat plus basse que le prix : comment tenter ?

Offer Lower than the Asking Price

Vous venez de visiter un bien immobilier, et celui-ci vous intéresse : est-il raisonnable de faire une offre d’achat plus basse que le prix affiché ? Très concrètement, cette offre peut vous permettre de réaliser une belle affaire si la négociation se termine bien. Mais elle peut aussi disqualifier votre dossier : si le propriétaire a déjà reçu des offres au prix ou ne souhaite pas réduire le tarif de vente, l’appartement ou la maison de vos rêves risque bel et bien de vous passer sous le nez. Découvrez tous nos conseils pour négocier un prix de vente de manière efficace et prudente.

L’offre d’achat plus basse que le prix, pas toujours efficace !

Au moment de formuler une offre d’achat plus basse que le prix de vente, vous savez pertinemment que vous prenez un risque. L’enjeu, ici, est de trouver le juste milieu entre le tarif avantageux pour vous et celui qui n’est pas rédhibitoire pour le propriétaire.

Dans certains cas, votre offre a toutes les chances d’être acceptée : quand le bien est en vente depuis longtemps et que le propriétaire peine à trouver preneur, ou lorsqu’il s’agit d’une vente plus ou moins urgente. En revanche, sur les biens d’exception ou ceux qui reçoivent de nombreuses offres en peu de temps, cette négociation n’aura aucune chance d’aboutir pour vous. Avant de vous lancer, vous devez donc prendre le temps de vous renseigner sur les circonstances de la vente, dans l’optique d’avoir un maximum d’éléments de contexte à disposition.

Vous cherchez un bien à acheter ? Découvrez nos annonces :

Pour vous assurer de ne pas vous tirer une balle dans le pied avec une offre d’achat plus basse que le prix, appuyez-vous autant que possible sur l’agence immobilière en charge de la vente. Celle-ci pourra vous indiquer la marge de manœuvre en matière de négociation, pour une transaction aussi intéressante que possible pour vous.

Check-list des cas compatibles avec une offre d’achat inférieure au prix de vente

Un bien en vente depuis longtemps

Plus le bien est en vente depuis longtemps, plus le propriétaire sera à même d’accepter une négociation en votre faveur. Si vous réalisez une offre d’achat inférieure au prix de vente une ou deux semaines après la publication de l’annonce, par exemple, celle-ci risque fortement d’être déclinée. Au bout de quelques mois, en revanche, la roue tourne et vous êtes davantage en position de force.

Un prix surestimé

Avant de vous lancer dans la rédaction d’une offre d’achat, prenez un maximum d’informations relatives au marché. Ainsi, vous saurez très rapidement si le bien est dans les tarifs, au-dessus ou en dessous des prix habituellement pratiqués. En toute logique, vous avez plus de chances de réussir à négocier si le bien est surestimé… Et vous pouvez même vous servir de cet argument pour faire valoir votre proposition.

Les détails qui facilitent la négociation

Dans une maison comme dans un appartement, plusieurs caractéristiques peuvent aller dans le sens d’une décote qui va faciliter la négociation du tarif de vente : une isolation thermique et/ou acoustique à perfectionner, un appartement en rez-de-chaussée, la nécessité de faire des travaux assez importants avant d’emménager. 

Voir aussi
Achat maison avec piscine

Quelle marge de négociation pour l’achat d’un bien immobilier ?

Une fois que vous savez sur quoi vous appuyer pour formuler une offre d’achat inférieure au prix de vente, une dernière question se pose : quel pourcentage de réduction pouvez-vous demander ? 5 %, 10 % ou même davantage ?

S’il n’existe pas de règle valable pour toutes les transactions, l’appui d’un professionnel de l’immobilier reste là aussi décisif pour mener à bien votre projet et acheter au meilleur prix, sans risquer de voir votre offre d’achat disqualifiée, parce que trop basse.

Retour en haut